• Madeileen

Bikepacking : de l'Ardèche à la Bourgogne


Comme l'année dernière, pour le week-end du 15 août, j'avais envie de faire du bikepacking.

Cette fois j'avais prévu de partir de chez moi (à côté de Valence) pour aller chez mes parents vers Dijon.

J'avais estimé que mon trajet devrait faire environ 350 km, donc il serait bouclé en deux jours si tout allait bien.

Pour cette nouvelle édition j'avais vraiment envie de partir au hasard et de me laisser guider... J'ai donc décidé d'emmener mon hamac (la tente était trop encombrante) et d'improviser totalement ! J'avais plus ou moins repéré le parcours et je n'avais aucune idée de l'endroit où j'allais dormir... Samedi matin, je me suis donc réveillée impatiente de commencer ce périple ! Après avoir pris un bon petit-dej', je me suis mise en route à 7h00. Le soleil venait de se lever et le calme régnait autour de moi. Dès les premiers coups de pédales, tous mes soucis ce sont envolés et j'avais le sourire aux lèvres. Cette sensation de liberté ! Me voilà partie pour l'aventure...

J'ai alors tracé vers le Nord, en suivant le Rhône. J'ai passé Lyon en début d'après-midi, puis continué en longeant la Saône.

Ce n'est que vers 21h, quand la lumière a commencé à baisser, que j'ai décidé de m'arrêter. J'avais enfin dépassé la barre des 200 km et j'ai même poussé jusqu'à 250 km (record personnel !). J'étais sur la Voie Verte qui relie Mâcon à Chalon-sur-Saône et lorsque j'ai trouvé les arbres qu'il me fallait pour installer mon hamac, j'ai pu établir mon bivouac. Je n'ai pas tardé à allumer ma lampe frontale et j'ai été attaquée par un nuage de papillons de nuit ! J'ai ensuite eu droit à la visite d'un chien sorti de nulle part, puis un feu d'artifice dans un village lointain et enfin, le spectacle grandiose du ciel et ses étoiles à perte de vue...

Le lendemain le réveil a été difficile, il faisait froid et je n'avais aucune envie de sortir de mon duvet ! Il me restait moins de 150 km et la veille au soir, j'avais finalement décidé que j'arriverais à midi pour le traditionnel "Poulet du dimanche" (qui serait en fait un BBQ). Je me suis mise en selle à 6h et j'ai pu admirer le soleil se lever tout doucement. J'ai parcouru la Voie Verte jusqu'au bout, et au lieu de continuer dans les vignes comme prévu (pour faire un petit coucou à mon ancien lycée), j'ai bifurqué par erreur vers la plaine de Saône. Moi qui déteste le plat, je peux vous dire que je me suis ennuyée et que la matinée a été longue... Des lignes droites à n'en plus finir et un paysage tellement monotone, qu'on n'a pas vraiment l'impression d'avancer.

Je suis finalement arrivée à la ferme familiale vers 12h30 et j'ai pu profiter du barbecue avec une petite bière bien méritée ! En tout ce périple aura duré 29h30 et j'aurai parcouru 390 km. Pour certains ce n'est pas grand chose, mais pour moi c'est déjà pas mal ! Et à mon avis, ce n'est que le prémisse quelque chose... Depuis la Cape Epic, plus ça va et plus j'apprécie la longue distance ! J'ai quelques idées qui commencent à germer dans ma tête...

L'équipement

Le vélo

Grâce à mon travail, j'ai la chance de pouvoir tester un Ruby tout l'été. On a fait déjà pas mal de kilomètres ensemble et j'ai vraiment apprécié ce vélo comme compagnon d'aventure. Il est plutôt léger (8,6 kg), il a des freins à disque et des suspensions qui donnent vraiment plus de confort quand on voyage avec des sacoches.

Pour la prochaine fois, je serais quand même bien tentée par un gravel !

Les sacoches

J'avais acheté mes sacoches HPA l'année dernière parce que ce sont les moins chères que j'avais trouvées (env. 60 € les deux). Elles sont légères mais pas vraiment pratiques à attacher et détacher régulièrement. Je pense changer si je fais une excursion plus longue.

Le hamac

Acheté chez Decathlon à pour la modique somme de 10€ il y a quelques mois, ce hamac se range dans une petite poche. C'est vraiment pratique et peu encombrant (à utiliser de préférence par beau temps). C'était d'ailleurs la première fois que je dormais dedans et j'ai trouvé ça mieux qu'un tapis de camping niveau confort.

Le duvet

Je l'avais déjà utilisé l'année dernière. Acheté aussi chez Decathlon. Il prend très peu de place une fois dans sa housse et il et vraiment léger, donc très peu encombrant.

Ce que j'ai aimé

La Voie Verte en Bourgogne

Mon gros coup de cœur sur ce parcours a été la Voie Verte entre Mâcon et Chalon-sur-Saône. Bien qu'originaire de Bourgogne, je dois avouer que je n'en avais jamais entendu parler... C'est en regardant les pistes cyclables sur Google Maps que je suis tombée dessus. Elle offre un parcours paisible pour les cyclistes (mais aussi piétons, rollers, etc.) sur environ 70 km. Ce que j'ai particulièrement apprécié c'est que le paysage est très varié. La Via Rhôna avait été une grosse déception l'année dernière, en tout cas sur la section entre Avignon et Lyon. J'avais trouvé qu'on était vraiment coupés du monde et qu'à part le Rhône et des champs on ne voyait pas grand chose d'intéressant. La voie Verte à l'inverse passe par de nombreux villages, devant des châteaux, deux abbayes (Cluny et Taizé) et même par un long tunnel. Il s'agit en fait d'anciens chemins de fer réaménagés, on passe donc régulièrement devant des gares vides (de potentiels abris en cas de pluie...). Il y a également de nombreux points d'eau et ce n'est pas toujours très plat, ce qui est moins ennuyeux à mon sens.

La vallée du Rhône côté Ardèche

Plutôt que d'emprunter la Via Rhona, cette fois j'ai choisi de longer le Rhône côté Ardèche. J'ai trouvé que la route était plutôt calme et j'ai apprécié traverser tous ces villages qui se réveillaient tout doucement, alors que l'odeur du pain frais envahissait l'atmosphère.

Dormir à la belle étoile C'est rare que je le fasse mais à chaque fois c'est un pur moment de bonheur. Regarder les étoile pour s'endormir ça n'a pas de prix !

Ce que j'ai moins aimé

La Via Rhona

J'ai tout de même rejoint la Via Rhona après Vienne. L'itinéraire "provisoire" de l'année dernière n'avait pas bougé. J'ai donc encore dû passer par un single dans la forêt en vélo de route... Heureusement que le Ruby a des petites suspensions et que j'avais des pneus assez solides... Au final c'était plutôt rigolo mais quand on ne s'y attend pas ça peut être une drôle de surprise.

La plaine de Saône

Comme je l'ai dit précédemment, j'ai vraiment trouvé ce passage sans intérêt. La prochaine fois, (si je le refais) je ne me tromperai pas et j'emprunterai la route des Grands Crus.

Certains automobilistes

Malheureusement, comme à chaque fois que je prends mon vélo, je suis confrontée à la bêtise des humains qui se croient plus forts dans leur voiture... Des klaxons inutiles, des dépassements trop près... Je tiens tout de même à souligner que j'ai croisé des automobilistes très prévenants, notamment aux abords de la Voie Verte (quand c'est bien il faut le dire aussi).

Je mourrais d'impatience d'avoir quelques jours de congés pour faire ce périple et je ne suis vraiment pas déçue. Je n'ai pas prolongé car j'ai voulu aussi profiter un peu de ma famille, mais la prochaine fois je ferai plus. Niveau météo je ne pouvais pas demander mieux et je n'ai eu aucun souci technique, pas même une crevaison. Maintenant, il faut vraiment que j'allonge les distances, que j'augmente le nombre d'étapes et que je m'équipe un peu plus ! Un compteur GPS et un nouveau vélo seraient les bienvenus d'ailleurs (bah quoi ?). Mais je crois vraiment que j'ai trouvé ce qui me plaît dans le cyclisme et je vais continuer vers cette voie. J'apprends petit à petit de chacun de mes périples. Beaucoup de gens me demandent si cela ne me dérange pas d'être seule d'ailleurs. Et bien non en fait, pas du tout ! C'est comme une sorte de découverte de soi, un moyen de se vider la tête. Bien sûr je ne dirai pas non à du bikepacking à plusieurs (au contraire même), mais c'est une toute autre expérience je pense.

#bikepacking #cyclotourisme #vélo #longuedistance #voyageàvélo