• Madeileen

LE TOUR DES COPAINS 2020

Voilà un an que j'avais ce projet dans un coin de la tête : aller jusqu'à Hossegor à vélo. J'y pensais sans trop y penser, puis un jour comme ça j'ai dit c'est le moment ! J'ai contacté Jana qui fait sa saison d'été là-bas et je partais de Grenoble même pas une semaine après.


L'itinéraire ? J'ai laissé Komoot décider, j'avoue que je ne me suis pas trop pris la tête... L'application me proposait de traverser le Massif Central, ce qui est plus ou moins le trajet auquel j'avais pensé.


Je ne vais pas faire le récit jour après jour de mon périple parce que ce serait trop long et sans intérêt. Je vais juste raconter ce qui m'a le plus marquée.





L'ALLER


Au départ je pensais faire uniquement l'aller à vélo, puis mes plans ont un peu changé...


Grenoble-Hossegor

855 km

7030 m D+

5,5 jours


L'aller s'est super bien passé ! J'avais l'Océan comme objectif et la chanson Surfin' U.S.A. des Beach Boys dans la tête tout au long du périple.



Ce que j'ai aimé :


La Haute-Loire et ses paysages rustiques

Je ne connaissais pas ce coin et j'ai vraiment adoré ! Très rural avec des paysages qui m'ont rappelé mon enfance à la ferme. A certains moments j'étais seule au monde. La liberté ! Je me rappelle encore de cette route après le Puy-en-Velay : une grande ligne droite au milieu de nulle part, un peu comme la fameuse Route 66.

Petit + pour La Via Fluvia, une voie verte sur une ancienne voie ferrée entre la Loire et le Rhône (même si apparemment j'ai loupé un morceau à la fin).



Le côté mystérieux de l'Aubrac

Des vaches, des pierres, des croix à perte de vue... J'ai grimpé un col presque sans m'en rendre compte tellement j'étais absorbée par ces paysages à couper le souffle.


Warmshowers qui dépanne toujours bien !

J'ai bivouaqué tout le long de mon périple mais j'ai quand même eu droit à un vrai lit et une vraie douche grâce au site Warshowers.

J'ai été accueillie à côté de Rodez par Claire, Guillaume et la petite Liv. J'ai pu partager une partie de pétanque, un bon dîner chaud et papoter un peu de vélo, d'écologie et d'un tas d'autres sujets . Ca fait du bien après trois jours seule.


Un bivouac parfait près d'un étang à Cauna

C'était le dernier avant d'arriver. J'étais un peu nostalgique de tout ce que je venais de vivre et j'ai profité de chaque minute : baignade, dîner au bord de l'eau, coucher de soleil...




Ce que j'ai moins aimé :


Rodez et ses environs

L'accès à cette ville est assez dangereux à vélo. Par la suite j'ai trouvé le paysage assez monotone : des routes entourées de haies, donc aucune visibilité.


Ah Moissac...

J'avais prévu de m'arrêter par là le 4e jour mais je ne m'y suis vraiment pas sentie à l'aise. C'est peut-être parce que des mecs en camion ont failli me renverser dans un rond-point à l'entrée de la ville... J'ai continué à pédaler tant que j'ai pu le long du Canal des Deux Mers. Je me suis arrêtée vers 23h. J'ai fait 200 km ce jour-là (197 en vrai).


Les moments qui m'ont le plus marquée :


L'arrosage automatique en pleine nuit

Après mes 200 km, j'ai posé ma tente dans un parc à Lafox à côté d'Agen. J'avais accès à un robinet d'eau potable, parfait pour me ravitailler, me brosser les dents et prendre une "douche". Je m'étais cachée derrière des arbres et je me disais que j'avais trouvé l'endroit parfait... Je me suis donc endormie toute propre et heureuse d'avoir pris de l'avance sur mon trajet. C'est à 3h du matin que j'ai été réveillée en sursaut. Il pleuvait sur ma tente ! L'arrosage automatique... comment j'aurais pu savoir ? J'ai dû sortir de ma tente et me débattre pour la déplacer au plus vite. J'étais trempée de la tête aux pieds et j'ai finalement beaucoup ri en imaginant la scène vue de l'extérieur. Je me suis changée puis très vite rendormie.

C'est aussi la journée où j'ai perdu ma paire de Vans accrochée à ma sacoche arrière. Heureusement, après avoir fait demi-tour je les ai retrouvées à quelques dizaines de mètres.


La part de tarte offerte par une Mamie

C'était le 5e jour. Je me suis arrêtée affamée dans une boulangerie dans le Lot. J'ai pu prendre un café, manger et me reposer un peu sur la terrasse. C'est là qu'une dame intriguée par mon vélo (et mon appétit d'ogre je pense) m'a demandé d'où je venais et si j'allais à l'Océan. Quand je lui ai répondu que oui j'allais bien à l'océan et que j'étais partie de Grenoble, elle s'est exclamé "Oh mais il en faut de l'énergie pour faire tout ça !". Elle est rentrée dans la boulangerie pour récupérer sa baguette quotidienne puis est ressortie avec une part de tarte "pour la route". Ca ne paraît peut-être pas grand chose mais ça m'a beaucoup touchée et je me rappellerai toujours de cette gentille Mamie rigolote.


Mon arrivée pluvieuse à Hossegor

Moi qui pensais arriver sous un soleil radieux... La pluie a commencé à tomber à Dax et ça a duré jusqu'à la fin. 2h d'averse. Mais il faisait chaud et j'étais à la fin de mon périple. Quand j'ai enfin reconnu la Centrale où j'étais allée quelques années auparavant, j'ai posé mon vélo et couru tout droit à l'Océan !

J'ai ensuite rejoint Jana, Emilie et Antoine qui étaient dans le même état de fatigue que moi après leur soirée de la veille qui s'est finie au petit matin. On s'est fait un bon resto, c'était parfait pour tout le monde !





MON SEJOUR SUR LA CÔTE


J'ai passé deux super semaines à l'Océan chez Jana et Emilie et Anne-Sophie. Je me suis d'abord beaucoup reposée sur la plage la première semaine. L'occasion de rattraper mon bronzage de cycliste.


La deuxième semaine j'ai senti l'impatience s'emparer de mes jambes. Il fallait que je bouge !

J'ai appris le surf. Bon j'ai encore beaucoup, beaucoup, beaucoup, à apprendre... mais ça défoule et j'ai vraiment aimé les sensations ! J'espère que j'en referait très vite. (Petite pensée pour Léo, j'espère que ton doigt va mieux...)

Sinon j'ai fait un footing en Vans puisque je n'avais que ça comme chaussures...

J'ai aussi repris le vélo pour visiter les alentours : Seignosse, Biarritz (petit coucou à Loïc), Saint-Jean-de-Luz... Gros coup de cœur pour la côte basque, c'est absolument magnifique !



LE RETOUR


Après 2 semaines au Paradis, il a bien fallu rentrer.

J'ai complètement improvisé ! Pierre est à Montpellier ? OK je vais passer par là ! Alex fête son anniversaire en Ardèche ? Et bah OK ce sera la suite du périple !

J'ai décidé de faire une partie en train parce que c'est toujours plus difficile mentalement le retour...


Pour la partie à vélo :

Capbreton-Bayonne puis Montpellier-Grenoble

390 km 1050 m D+

3 jours


En train (Intercité) :

Bayone-Toulouse & Toulouse-Montpellier

2 trains

6h de voyage environ (et du retard bien sûr)


Ce que j'ai aimé


Montpellier, toujours le feu !

Retrouver les copains de La Nuit Noire à Montpellier autour d'un cidre, puis une bière, puis un Ricard... bref apéro pour commencer !

Puis lendemain petit tour chez Avenue du Vélo pour changer mes plaquettes et réparer mon pneu arrière. Merci Pierre de toujours m'aider pour la mécanique et merci JB pour le canapé !


L'accueil ardéchois : on n'est jamais déçu !

Je suis arrivée en Ardèche à temps pour l'anniversaire d'Alexandra. Un super petit week-end de bivouac, d'Enduro et de baignade dans ce coin de paradis. Un accueil royal chez Alex & Greg comme d'habitude et plein de nouvelles rencontres avec des rideuses notamment !

J'ai aussi retrouvé les copains du coin et ça fait plaisir ! Marion & Jimmy qui ont pris soin de moi et de mon vélo. Et Romy le poney (Romy c'est un chien en vrai) qui a doublé de taille depuis la dernière fois ! Merci Antoine qui a gardé mon Enduro au chaud !


Ce que j'ai moins aimé


La Via Rhôna pour la énième fois...

Je ne supporte vraiment plus cette voie verte... (en tout cas la partie entre Lyon et la Méditerranée) Je la trouve moche, monotone, mal indiquée, pleine de détours inutiles... En plus cette fois c'était l'autoroute ! Cette année tout le monde a décidé de faire du vélo. Très bien ! J'étais donc entourée de familles à vélo, avec des vieux biclous, chargés comme s'ils partaient pour un tour du monde. C'est vrai on ne peut pas tout savoir quand on débute le voyage à vélo... Mais tous ces "Bonjour" que j'ai lancé sans une réponse, même un regard... La politesse enfin !!!


La canicule j'aurais pu m'en passer !

Il a fait très très chaud quand j'étais à Montpellier. Résultat : quand j'ai repris la route je n'avais plus de jambes. Et la chaleur n'a pas diminué. Je suis arrivée complètement dégoulinante et épuisée à Saint-Péray. Après deux jours de trajet sous un soleil de plomb, je crois que ce n'était pas très beau à voir (pas top niveau odeur non plus).





Voilà comment un périple jusqu'à l'Océan s'est transformé en "Tour des Copains".

J'ai recroisé tant de visages connus pendant cette expédition et ça m'a fait tellement plaisir ! Un grand merci à tous ceux qui m'ont accueillie et pour toutes vos petites attentions. Comme quoi ce n'est pas si compliqué de partir à l'aventure. Pas besoin d'aller au bout du Monde. C'est vrai que 2020 est une année particulière, mais je la trouve plutôt cool en fait. On apprend à apprécier les petites choses simples de la vie.

Avant de partir je me demandais si ce périple était une idée de génie ou au contraire si j'allais le regretter... Et bien au final c'était une belle folie que je ne suis pas prête d'oublier ! J'attends déjà la prochaine expédition avec impatience !





207 vues