• Madeileen

Montélimar, mon premier triathlon


Un an s'est écoulé depuis la Cape Epic. Qu'est-ce que j'ai bien pu faire pendant tout ce temps ?

Et bien je me suis lancée un nouveau défi : faire du triathlon ! Vélo, course à pied... il ne me manquait plus que la natation pour me lancer.

Encouragée par un de mes collègues, cet automne je me suis inscrite dans un club local, le GGTRI. Je suis arrivée toute hésitante au bord de la piscine pour une première séance de natation et j'ai dû avouer à l'entraîneur que je ne savais pas du tout nager le crawl. Il a eu l'air perplexe au début. Puis, petit à petit, de semaine en semaine, j'ai réussi à gérer ma respiration et à me déplacer dans l'eau pour finalement reproduire un mouvement qui s'approche plus ou moins à du crawl. Parce que oui, il y a encore du boulot !

Mon premier objectif en compétition était le triathlon de Montélimar par équipe. Cela me rassurait de ne pas être seule pour cette première expérience et un S c'était largement suffisant pour commencer.

Voilà comment je me suis retrouvée la veille de mes trente ans, au bord d'un bassin, prête à prendre le départ de mon premier triathlon, accompagnée de deux collègues. J'y allais plutôt à reculons je dois l'avouer... L'angoisse devait se lire sur mon visage. Nous sommes l'équipe 69, tous les trois vêtus de la trifonction du club et je ne suis pas très à l'aise dans cet accoutrement qui ne pardonne aucun chocolat de Pâques ou autre écart.

13h57. Nous voilà partis pour 700 m de natation. Comme prévu, PH me pousse et je fais des bonds dans l'eau. Matt est devant et essaie de donner le rythme malgré ma lenteur. Ça passe plutôt vite finalement.

Première transition : On court jusqu'au parc à vélo. On retrouve notre emplacement et là c'est la panique ! Casque, dossard, lunettes, chaussures... Matt me tend mon vélo, PH m'aide à enfiler mon maillot (on ne s'assumait vraiment pas en trifonction). C'est reparti. Je cours avec les cales aux pieds, je ne prends pas le risque d'enfiler mes chaussures une fois sur le vélo. Je me répète : surtout ne pas monter sur le vélo avant la ligne.

La ligne ! C'est parti pour un peu plus de 20 km. Matt donne le rythme, j'essaie de suivre et PH vérifie régulièrement que je sois toujours là. Je n'ai réussi à serrer qu'un seul Boa sur mes chaussures, tant pis il faut tout donner ! On double plusieurs équipes, dont une du club. Il y a beaucoup de vent mais je m'accroche. Je réussis à prendre quelques relais mais j'abandonne vite. Il y a même un moment où je me sens extrêmement bien. Je n'entends plus rien à part le son des roues en carbone qui filent dans la brise. Je me dis que c'est vraiment débile de faire ça, mais je me sens tellement vivante !

Deuxième transition. Descendre du vélo avant la ligne. Mes deux coéquipier le font avec style. Pas moi. Tant pis. Ils courent pieds nus. Je cours de nouveau avec les cales et ce n'est pas facile. Ne surtout pas enlever mon casque. On arrive au parc à vélo. J'enlève mon casque, j'enfile mes baskets que je prends le temps de bien attacher cette fois, je retourne mon dossard. On respire un coup et c'est reparti pour un peu moins de 5 km de course à pied.

Le premier kilomètre est un calvaire. Je n'ai aucune sensation. Mes jambes se délient finalement un peu mais c'est comme si elles ne voulaient pas courir. PH me pousse et j'ai l'impression d'être une tortue. Là je souffre réellement. Je ne parle plus. J'essaie de ne plus penser et j'avance comme je peux. J'attends juste que ça passe. On fait le tour d'un parc et quand on ressort je sais que c'est bientôt la fin. Mes coéquipiers me disent de m'accrocher. On retrouve enfin la pelouse du stade et l'arche de l'arrivée. On franchit la ligne tous les trois après presque 1h30 d'effort. On l'a fait ! Je suis tellement contente que ce soit fini !

On retrouve tout le monde du club, on ouvre une bière et je me dis que finalement le triathlon ce n'est pas si mal.

Le soir Matt m'apprend qu'on est 5e dans notre catégorie.

Bilan de ce premier triathlon :

Je n'avais vraiment pas envie de le faire mais j'ai vraiment apprécié au final. Le fait d'être en équipe m'a forcée à donner le meilleur de moi-même. Et bizarrement, enchaîner trois disciplines avec les transitions a rendu l'épreuve plus ludique à mes yeux.

J'attendais vraiment cette première course pour prendre une décision sur mon avenir de bébé triathlète et c'est décidé je continue ! J'en ferai un seul cette fois. Je ne sais pas encore quand, ni où... mais bientôt sûrement.

#sport #triathlon #monélimar #cyclisme #natation #courseàpied

0 vue